Tant vaut l’écolage, tant vaut la nation

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Telle est la triste réalité de notre nation. Tant vaut votre écolage, tant vaut l’instruction de votre enfant à l’heure du « E » pour l’éducation du  gouvernement Martelly-Lamothe qui chante dans les médias « Lekòl Gratis » sans questionner la qualité de l’instruction de ces écoles gratis avec ses directeurs qui se plaignent de leur dû suivant l’accord signé avec le ministère de l’éducation pour recevoir les pauvres enfants dans le cadre du programme « PSUGO » (Programme de Scolarisation Universelle Gratuite et Obligatoire).

Généralement, la classe moyenne remue ciel et terre pour inscrire leurs enfants dans une école congréganiste ou un soi-disant « bon collège » ayant une certaine réputation de bien instruire les enfants. Mais à quel prix ?

Le prix de plusieurs chèques de travail ou de plusieurs transferts de dollars de la diaspora pour que leurs progénitures puissent prononcer « Euh pour E » et non  « É pour E », de bien retenir les noms des auteurs de la littérature française et haïtienne, et enfin de pouvoir passer le Bac sans trop de barricades pour avoir fréquenté ces écoles-là.

Les nantis s’en foutent tout carrément de l’éducation haïtienne pour accompagner leurs progénitures à l’école tous les matins sur le chemin d’une école américaine ou française, protégés par leur garde du corps muni de leurs lunettes noires pour observer les éventuels kidnappeurs dans les parages, quand ils ne l’envoient ailleurs dans un établissement scolaire en Amérique du nord ou en Europe.

L’écolage s’étend de temps à autre par les billets envoyés par l’établissement scolaire pour dire « … Chers parents, la direction de l’école vous annonce que le frais de participation de votre enfant pour le programme x est de 1500, 1000 ou 500 gourdes … Prière de passer à la direction pour se mettre à jour ».  D’autres directeurs ont encore plus d’audace pour exiger la participation de votre enfant à la cérémonie de graduation de fin d’année et même brandir la menace de foutre votre enfant à la porte s’il n’y participe pas.

Les lycéens sont les vrais héros de ce système éducatif pourri pour avoir sorti du lot des cancres. Et là encore, on se demande si le fait de réussir dans ce système éducatif est le garant d’un lendemain meilleur où on peut espérer une certaine mobilité sociale grâce à l’éducation ??

Ce qui est bizarre, c’est que l’école n’est plus une vocation pour les directeurs d’école, les enseignants et maîtres, mais du Business… du pur business comme tout autre business digne de ce nom. Et même les écoles congréganistes ne sont pas exempt d’un tel constat ; d’ailleurs être accepté dans une école congréganiste, c’est une relation de profil des activités des parents de l’enfant et son lieu de résidence pour s’assurer qu’il n’y aura pas manque dans l’alimentation de la caisse de l’écolage pour complexer encore plus votre enfant une fois sortie de cet établissement en mode «zuzu » et déconnecté de l’essence de l’haïtien.

Je ne suis pas contre que l’école soit un business, mais elle ne peut pas l’être sans état d’âme, sans tenir compte de certains paramètres humanitaires pour un pays comme le nôtre afin d’élever  la nation et offrir la même opportunité d’instruction à tous.

Inventer un « E » pour éducation à travers une « École Gratis » sans se soucier de la qualité de l’instruction fournie par ces écoles-là, est un crime sans nom pour illusionner la population, car vous, l’instigateur de ce programme, votre enfant est chez les sœurs ou les frères, s’il n’est pas tout bonnement dans une école américaine ou française, voire même en Amérique du nord ou en Europe. Si « Pye bèf pou pye bèf, pito’m pran’n kay pratik », alors pourquoi  déboursez-vous les yeux de la tête pour envoyer vos enfants ailleurs pour recevoir une instruction qu’ils peuvent recevoir à moindre coût sinon gratis?

Cessons l’hypocrisie avec cette connerie « Pito nou lèd, nou la » … Nou la pou fè kisa ?

Ricardo Vintris

Email: ricardovintris@gmail.com

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »